AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le F-104, témoin de notre temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Le F-104, témoin de notre temps   Ven 01 Fév 2013, 19:28

Après une quarantaine d’années de recherches (molles) concernant des F-104 vus à Cazaux dans le années 60, j’ai eu récemment des réponses. En complétant celles-ci, cela m’a rafraîchi la mémoire quant à tout ce qui concernait l’avion et sa mise en service dans les années 60. Comme je suis bassi-né par les sujets concernant les F-16 aujourd’hui, je l’étais par les F-104 à l’époque. Je me suis dit qu’il ne serait pas inintéressant de faire un parallèle entre les années 60 et les années 2000 qui, fina-lement, sont peu différentes sur bien des plans.

Je vais donc aborder l’histoire des F-104 sous deux angles afin de faciliter la compréhension du sujet d’une part et permettre aux membres d’y trouver leur compte.
La première partie sera consacrée à la l’évolution de la société, de la géopolitique, de l’économie. Complexe, mais nécessaire pour comprendre « l’invasion » du F-104 à l’époque comme les F-16 de nos jours.
La seconde partie sera consacrée à l’angle purement aéronautique militaire : les pays et unités utilisa-teurs dans les dix premières années, grosso-modo 1957-1967. Cette période a la particularité de concerner les avions avant l’introduction généralisée du camouflage et d’une certaine stabilité dans la stratégie aéronautique.
Je tiens aussi à préciser que les profils ne sont pas rigoureusement exacts, étant là uniquement à titre indicatifs. Ils le seront dans la seconde partie qui inclura aussi les biplaces. De plus, les propos ci-après, écrits exclusivement pour Passion-ailes d’après des documents de diverses sources, n’engagent que moi.

Allez, hop, c’est parti !

Le F-104 Starfighter, témoin de son temps…

Le F-104 Starfighter a été l'un des avions de combat les plus utilisés de l'après-guerre, par de nom-breux pays de l’OTAN et l’OTASE. Produit par Lockheed Aircraft Corporation, la mise au point en vue d'améliorer ses performances et ses capacités opérationnelles a été collégiale. Au passage du siècle, il volait encore au sein de quelques unités sur la planète, assurant vaillamment sa mission initiale : la défense des pays souverains.
Si vous le voulez bien, je vais tenter de brosser une rapide histoire de l’avion pour le replacer dans son contexte de l’époque afin de mieux saisir son impact dans l’histoire de l’aéronautique militaire.

L’immédiat après-guerre

La reconstruction des villes détruites et la remise sur pied de l’économie et de l’administration mobili-sait les pays après la guerre. La situation militaire consistait essentiellement en une séparation Est- Ouest : l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (Russie, Tchécoslovaquie, Pologne, Rouma-nie etc.) contre le reste du monde, notamment les USA et le Commonwealth britannique qui sem-blaient être les égaux de l’URSS. Cela a été favorisé par le traité inter-allié établissant différentes zo-nes d’occupation de l’Allemagne par les Alliés principaux : USA, France, Grande- Bretagne, URSS. En effet, les soviétiques entamèrent un processus de séparation des zones de responsabilité alliées en coupant les liens physiques entre les zones anglaises, françaises et américaines dès le début de l’année 1948. Symboliquement, la pression était mise sur Berlin et, le 24 juin 1948, l’administration soviétique cessa l’approvisionnement de l’électricité, du charbon, des vivres et du lait vers Berlin- ouest. Deux jours plus tard, un pont aérien était établi pour approvisionner la ville : c’était le début de la Guerre Froide.
Le 27 juin, le gouvernement civil de la Fédération malaise décréta l’état d’urgence en raison de l’agressivité croissante de rebelles communistes. La même tension naissait en Indochine envers l’administration française.
Staline décida de lever le blocus de Berlin le 12 mai 1949, voyant la volonté des alliés occidentaux ne pas faiblir : il n’était militairement pas le plus fort… pour quelques mois !

L’administration militaire alliée passa la main aux Allemands qui établirent leur première élection en 1949. Le pays s’installa alors dans cette situation difficile pour de nombreuses familles séparées de fait, d’une tension militaire initiée par l’URSS de Staline qui allait s’éterniser, faisant planer l’ombre d’une guerre nucléaire.
En effet, si le monde était au courant que les USA détenait l’arme nucléaire, l’URSS avait fabriqué sa première bombe le 20 août 1949, mettant le monde occidental en état d’inquiétude maximum au vu de son attitude agressive. A l’autre bout de la planète, la poussée du communisme chinois amena les chinois nationalistes de Tchang Kaï Chek à se réfugier sur l’île de Taiwan le 8 décembre 1949. La promesse de neutralité du président américain sur cette situation était remise en cause, peu après, par l’offensive de la Corée du Nord sur la Corée du Sud.

Contexte politico-militaire de l’après-guerre

C’est dans ce contexte que les USA se mirent en devoir de se doter d’une aviation (et d’une armée par conséquence) pouvant neutraliser toute attaque venant de l’URSS. Le 25 juin 1950, la Corée du Nord attaqua la Corée du Sud, ce qui fit prendre conscience par les USA que la guerre d’Indochine, à un jet de pierre de là, n’était pas une guerre coloniale mais une guerre idéologique pour imposer le communisme dans cette région. Il en était de même avec des groupes rebelles en Malaisie cherchant à prendre le pouvoir à terme, depuis 1948.

L'expérience acquise, lors des combats aériens avec les MiG soviétiques, permit aux pilotes de l'U.S. Air Force de déterminer précisément l'avion devant leur assurer la suprématie aérienne. Depuis 1950, une équipe d’ingénieurs de la Lockheed Aircraft Corporation, dirigée par Clarence L. (Kelly) Johnson, élabora une formule moderne concernant un avion type « fusée » à voilure mince et rectiligne. Il devait être suffisamment moderne mais sans que sa production en soit pénalisée.

Chef d’état-major allié lors de la guerre de Corée, le général Mac Arthur était démis de ses fonctions par le président Trumman, en avril 1951 : car il voulait poursuivre l’offensive jusqu’en Chine en utili-sant, notamment, l’arme atomique. Cela marquait une volonté de rester dans le cadre d’une guerre conventionnelle sans utiliser l’arme atomique dont les conséquences étaient imprévisibles à l’époque. Elle ne devait être utilisée qu’en dernier recours, lorsque toutes les solutions seraient épuisées.

Naissance du F-104 Starfighter

En 1951 et 1952, alors que le rock-and-roll de Chuck Berry commence à se faire entendre aux USA, les ingénieurs de Lockheed agitaient leurs neurones. Cela aboutissait en de nombreux calculs, d'es-sais en soufflerie, débouchant sur une « philosophie » d’un nouvel avion de combat: l’avion fusée. Ce-la correspondait, d’ailleurs, aux visions futuristes de l’aéronautique couchées sur papier par les créa-teurs de bandes dessinées de l’époque.

Lockheed présenta un premier projet aux forces aériennes américaines en décembre 1952, désigné L-246. Le gouvernement et l’USAF contractaient alors Lockheed pour développer l’idée et construire une maquette. En mars 1953, l’USAF donna feu vert officiel pour la réalisation de deux prototypes d'un avion désigné XF-104 et l'exécution d'un programme d'essais en vol. Pesant 5 200 kg à vide, le F-104 était bien moins lourd que les avions de combat comparables de l’époque. Lockheed concentra alors ses efforts sur les moyens d'obtenir un rapport poussée/ poids élevé en fonction du régime su-personique prévu pour l'appareil. C’était le début d’une ère nouvelle et Elvis Presley enregistrait son premier disque chez Sun Record : la révolution culturelle était aussi en marche !

Seuls disponibles pour ce type d’avion, le réacteur Curtiss-Wright J-65 motorisait les XF-104 délivrant une poussée statique de 4 760 kg avec postcombustion au niveau de la mer. Cette puissance était in-suffisante pour atteindre et dépasser Mach 2, valeur phare de l’époque où le mur du son n’était déjà plus d’actualité. Et, bien que la cellule ait été conçue pour ces vitesses, le XF-104 ne put dépasser Mach 1.6, vitesse toutefois supérieure de 0.3 Mach à celle des avions de combat américains de la fa-mille « 100 ».
Cela amena des recherches sur l’élasticité des ailes pour établir la version finale : Lockheed procéda à des essais très poussés sur des réductions à l'échelle 1/10è montés sur des fusées à grande puis-sance… car il n’y avait pas les simulations sur ordinateurs comme aujourd’hui !
L'aile a été implantée de manière à présenter un dièdre négatif de 10° afin de une manoeuvrabilité ac-ceptable. Des volets ont été ajoutés aux bords d'attaque et de fuite pour permettre le vol aux basses vitesses. Les bords d'attaque de la voilure étaient minces et rectilignes tout comme l'empennage, chaque demi-aile était longue de 2.28 m. Le dessin rectiligne des saumons d'aile permettait égale-ment l'emport de réservoirs de carburant ou d'engins air-air.
De forme trapézoïdale, la mince voilure est implantée vers l'arrière du fuselage, car elle réduisait considérablement la traînée était la mieux adaptée au vol à grande vitesse et permettait de s’affranchir de tout équipement de dégivrage alourdissant l’avion.
Afin de décélérer rapidement, des freins de piqué ont été placés de chaque côté du fuselage, à l'ar-rière de l'aile.

Le 27 juillet 1953, la guerre de Corée prenait fin et la pression retombait, un peu. En effet, la guerre se déroulait toujours en Indochine avait une vigueur croissante, tout comme en Malaisie.

Des recherches suivies d’essais poussés amenèrent à positionner l'empennage horizontal en haut de la dérive. Cette formule en T assurait une stabilité et des qualités de vol optimales dans tout le do-maine de vol, éliminant au maximum le buffeting en régime transsonique, bête noire de l’époque. Cette hauteur de l'empennage vertical au-dessus du centre de gravité est à peu près égale à la lon-gueur de chaque demi-aile et il en résulte un couple de redressement important pendant les évolu-tions en glissade. Le plan fixe horizontal ne porte pas de gouverne de profondeur car l'ensemble de l'empennage horizontal assure cette fonction. C'est d'ailleurs la première fois qu'un empennage de ce type a donné satisfaction.

Le XF-104 effectua son premier vol le 28 février 1954 et les essais en vol se poursuivirent les mois suivants, créant une confiance de la part des concepteurs et utilisateurs. Si les calculs de performan-ces et de traînée des avions supersoniques se trouvaient habituellement peu confirmés lors des es-sais, ces derniers validèrent globalement les calculs concernant ses performances du F-104.
Ci-dessous, l’avant- dernier YF-104A-1-LO est présenté avec une des pinups de chez Lockheed afin de mettre en valeurs les lignes… de l’avion. Publicité curieuse de la part d’un pays si pudibond…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Lockheed et l'USAF développèrent conjointement diverses versions: interception, appui tactique et emport de l’arme atomique. Il faut rappeler qu’à l’époque, l’explosion de la bombe A d’Hiroshima et Nagasaki n’était vieille que d’une dizaine d’années et avait démontré son efficacité tant opérationnelle que politique. En effet, la séparation de la civilisation planétaire en deux blocs, Est et Ouest, deman-dait un certain équilibre afin de se prémunir de toute agressivité de l’un ou l’autre de ces blocs. La dis-suasion en était née.

Les améliorations continues amenèrent les réacteurs General Electric J79, plus puissants (6 800 kg avec postcombustion), à remplacer les Curtiss-Wright initiaux. Lockheed allongea légèrement l’avion et créa un dispositif de contrôle de la couche limite pour assurer une meilleure sustentation et réduire la vitesse à l'atterrissage du F-104 et accroître sa maniabilité.

Excepté ses qualités aérodynamiques, le F-104 était une machine de guerre bien adaptée pour sa mission première : l’interception des bombardiers soviétiques TU-16 Badger, fer de lance de l’URSS, venant par le pôle nord. Pour ceci, il était équipé de deux engins air-air dernier-cri : le AIM-9B Side-winder, étudié pour détruire un bombardier en haute altitude. Pour le combat aérien, un canon Vulcan automatique à six tubes de 20 mm permettait de venir à bout des chasseurs d’escorte.
L'USAF apprécia particulièrement la vitesse ascensionnelle égale à sa vitesse horizontale, premier avion à dépasser Mach 2 en palier.

La menace communiste en Indochine restait présente avec les victoires militaire et politique concréti-sées par la chute du poste avancé et fortifié de Dien Bien Phu en mai 1954, suivi de l’armistice de juil-let suivant. L’Indochine, séparée en deux, devenait Vietnam du Nord (République démocratique du Vietnam) et Vietnam du Sud (République du Vietnam) sur le même schéma que la Corée du Nord et celle du Sud.

La première commande américaine

Si Bill Haley and the Comets se classaient n° 1 au hit parade américain en juillet 1955 avec la chan-son devenue mythique « Rock around the clock » quand le 14 octobre suivant, l'U. S. Air Force plaça une première commande de 17 YF-104A monoplaces d'un montant de 100 millions de dollars avant de commander l'année suivante une version biplace, le F-104B, polyvalente : instruction des pilotes et avion de combat tactique. Le mois suivant, Elvis Presley signait chez RCA et abordait ainsi la scène nationale : lui aussi allait à sa manière, changer la société américaine grâce à son impact chez les jeunes adolescents.
Entretemps, le rock-and-roll faisait des émules et se propageait au sein de la jeunesse américaine. Une des futures vedettes était Buddy Holly dont la chanson « Blue days, black nights » était distribuée par RCA dès le mois d’avril. Cette musique allait déferler sur tous les continents où se situaient des bases américaines, par le biais des super-marchés des Air Force Bases, les fameux P.X. et les caser-nes des G.I. (General Infantry).
Le 15 octobre 1956, définitivement séduite par l’avion, l’USAF passa commande à Lockheed pour 153 monoplaces F-104A et 26 biplaces F-104B d'un montant de 166 millions de dollars. L’U. S. Air Force contracta ultérieurement des F-104C et D sur les crédits des années fiscales 1956 et 1957, portant le total des avions commandés par celle-ci à 247 monoplaces et 47 biplaces. Des améliorations d'ordre opérationnel avaient été apportées dans la version "C", muni notamment d'un dispositif de ravitaille-ment en vol. Le F-104D était la version biplace biplace du F-104C, globalement analogue au F-104B.
En outre, le 6 décembre 1956, le Continental Air Défense Command, chargé de protéger les Etats-Unis contre les attaques aériennes, affecta le F-104A à ses escadrons dont le premier, le 83 Fighter Interceptor Squadron (FIS), était déclaré opérationnel le 20 février 1958 sur la base de Hamilton, en Californie.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1957, les cochers de F-104A Starfighter poursuivaient la prise en main et l’exploration du domaine de vol. Parallèlement, une nouvelle vedette du rock-and-roll, Eddie Cochran, enregistrait « Cotton pic-kers » tandis que la télévision commençait à se répandre dans les foyers américains, tout comme les réfrigérateurs et autres babioles si communes aujourd’hui.
Alors que le « Sweet little sixteen » de Chuck Berry envahissait les ondes radio, les pilotes de F-104 testaient toujours les performances de leur avion chasseur d’étoiles. Le record d'altitude mondial re-passa aux mains des Etats-Unis le 7 mai 1958 avec une altitude atteinte de 27 810 m à l’issue d’une montée « zoom » : le Major Howard C. Johnson (83rd FIS) pilotait le YF-104A serial number 55-2957 (buzz number FG-957), à partir de la base d’Edwards, Palmdale, CA.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Huit jours plus tard, le Capt Walter W. Irwin, 83rd FIS sur la base d’Edwards, établissait un nouveau record de vitesse en atteignant 2 259 km/h sur un circuit de 15/25 kilomètres. Il pilotait le YF-104A s/n 55-2969 bien surnommé "Speedy". Pendant cette même période, le F-104 s'attribua également 7 re-cords de temps de montée s'échelonnant entre 3 000m en 41,8 secondes et 25 000 m en 4 min 26,03 secondes.
Le prix inférieur de moitié à celui des autres avions de combat de l'époque, la simplicité de mise en oeuvre du YF-104 grâce l'accès facile à ses différents équipements permettaient d'envisager un coût très raisonnable d’utilisation de l’avion selon la publicité. A l’automne 1958, la rigolade était terminée : le 83 FIS était détaché aux îles Quesmoy, en Chine Nationaliste, afin de contrer toute attaque des Chinois « Rouges » qui venaient de bombarder les ïles Quesmoy et Matsu. En effet, les Chinois communistes montraient régulièrement les dents aux frères nationalistes. Etablie comme république populaire depuis le 20 septembre 1954 avec Mao Tse Toung comme président élu par les sept mem-bres du comité permanent, la Chine populaire disputait régulièrement la propriété des îles Quemoy et Matsu, occupées par les Chinois nationalistes. Ces îles étaient bombardées à l’été 1958… Les F-104A du 83 FIS de l’USAF y furent détachés de septembre à novembre 1958, le temps que se calme la situation.

Au Moyen-Orient, une guerre civile éclata au Liban en juillet 1958 entre chrétiens et musulmans et le président libanais demanda l’aide des Américains : ceux-ci débarquèrent sur les côtes de Beyrouth le 15 juillet. La situation stabilisée, les troupes de l’ONU se retirèrent le 25 octobre.

Côté F-104, Lockheed ne chômait pas : la plupart des pays de l’OTAN et de l’OTASE se laissèrent séduire par les commerciaux américains qui proposèrent des avantages intéressants, politiques et économiques comme la participation à la fabrication des avions. C'est ainsi que le 6 novembre 1958, le Comité de Défense de la République fédérale allemande sélectionna le F-104 comme intercepteur standard, chasseur-bombardier et avion de reconnaissance… alors que la Luftwaffe lui préférait le Mi-rage III. La situation était similaire avec l’USAF dont l’intérêt envers le F-104 commençait à refroidir. Elle disposait en effet d’avions comme le F-102 et le F-106 qui remplissaient parfaitement la mission de l’Air Defence Command et qui avaient encore de beaux jours devant eux.

Tout près des Etats-Unis, la température montait doucement et la situation commença à se dégrader sur l’île de Cuba où les idées révolutionnaires faisaient leur chemin. Le docteur Fidel Castro attaqua la caserne Montada mais échoua. Amnistié, il reprit la tête de la guérilla jusque la fuite du président Ba-tista qui laissa le pays aux mains des guérilleros le 1er janvier 1959.

Le contrat avec l'Allemagne de l'Ouest fut signé le 18 mars 1959 et la première commande porta sur 30 biplaces d'entraînement F-104F et 66 monoplaces de combat polyvalents F-104G. Lockheed Bur-bank (Californie) produisit les premiers appareils dès la fin de l'année en attendant que la production débute chez Messerschmitt. La spécialité dévolue à la Luftwaffe par le traité OTAN contraignit la ser-vice à réclamer un certain nombre de modifications afin que le Starfighter soit conforme au plan de charge demandé concernant la mission tactique.

La formule de l’avion-fusée est confirmée… mais les SAM vont changer la donne !

Le 8 mars 1960, le SAAB J-35A Draken était mis en service au sein de la F13 de l’armée de l’Air sué-doise. Il représentait le renouveau de l’aviation d’interception, adaptée toutefois aux besoins spécifi-ques de ce petit pays… neutre. Philosophiquement, l’Angleterre et la France suivaient le même che-min, le Mirage IIIC est semblable.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 1er mai 1960, le U-2C 56-6693 piloté par Gary Power décollait de Peshawar (Pakistan) pour effec-tuer une mission de reconnaissance au-dessus de l’URSS : il était abattu par un SAM 2 (Sol-Air-Missile) soviétique. Le pilote, capturé, sera échangé le 10 février 1962 contre un espion soviétique dé-tenu par les USA. Dès lors, en raison de la vulnérabilité à ce genre de DCA (Défense Contre Avion), l’USAF engagea une réflexion sérieuse sur la nécessité, ou non, d’avoir une aviation « Mach 2 » et cela remettait en cause, insidieusement, la formule F-104.
Quelques semaines plus tard, le 30 juillet 1960, la RAF mettait en service un intercepteur adapté à ses besoins : l’English Electric F1A Lightning au sein d’un escadron cher à nos cœur puisqu’il s’agissait du 74 squadron « Tiger » ! Cet appareil jouait dans la même cour que le F-104 et se trouvait plombé par les mêmes défauts : manque d’autonomie, radar en bois, jambes courtes. Mais il montait vite et emportait deux missiles air-air qui suppléaient deux canons de 30 mm.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

A Cuba, certains anti révolutionnaires tentèrent un coup d’état en débarquant dans la Baie des Co-chons le 17 avril 1961, mais échouèrent. Les USA décidèrent alors de couper les liens avec l’île deve-nue « rebelle », épaulée par le Parti Communiste soviétique. Fort de ce point d’appui important pour eux, les Soviétiques armèrent l’île de façon à pouvoir toucher les USA, au besoin.
En France, le premier Mirage IIIC était réceptionné par l’EC 1/2 Cigognes en juillet 1961: avion de la catégorie du F-104, il avait l’avantage d’avoir deux canons et une capacité air-sol bien utile.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Insouciante, la jeunesse dansait le rock, le twist, le madison et se déchaînait au son de cette nouvelle musique électrique. En France, afin de mieux faire communier la jeunesse autour d’un trait d’union, Daniel Filipacchi sortit le numéro 1 de « Salut les Copains » en juillet 1962 : celui-ci allait devenir la bible mensuelle de cette jeunesse qui ne voulait plus entendre parler de Tino Rossi et autres André Dassary. D’autant que la guerre d’Algérie prenait fin, l’indépendance de ce pays était acquise dès le 3 juillet 1962 : les appelés du contingent n’allaient plus être envoyés dans ce pays qu’ils ne connais-saient pas et, pour certains, y mourir.

Sur l’île de Cuba, derrière Fidel Castro, les révolutionnaires ne se sentaient malheureusement pas concernés par le rock-and-roll. Les Américains n’appréciant pas la situation, le président Kennedy dé-cida de réagir fermement en établissant un blocus autour de Cuba dès le 22 octobre 1962. Les mis-sions de reconnaissances avaient en effet mis à jour la construction de sites de missiles balistiques et sol-air. Kroutchev, loin de son pays, n’était pas dans une position très favorable et décida de démon-ter les bases construites peu avant noël 1962. Le monde venait de frôler un conflit qui aurait pu avoir des issues impensables. Comme on peu le constater, la confrontation Est-Ouest n’était pas un vain mot !

Simultanément, les forces aériennes vieillissantes de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) et de l’OTASE (Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est) s’inquiétaient de la relève. Les meilleurs avions (performances et fabrication industrielle) de l’époque, étaient globalement améri-cains. Aussi, pour remplacer les F-84F Thunderstreak et F-86 Sabre des aviations alliées, fournies au titre MDAP/ Prêt-bail, il fallait donc s’adresser aux Yankees. Ceux-ci se frottèrent les mains en pen-sant aux futurs clients potentiels « obligatoires », en vertu des accords de défense.

Les forces aériennes étrangères sont séduites par le Starfighter…

La politique commerciale agressive des Etats-Unis, conjuguée avec le besoin de renouvellement de la flotte OTAN et OTASE, permirent de « convaincre » les pays alliés et les récents évènements de par le monde aidaient dans ce sens…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Techniquement, les retours des utilisateurs amenèrent des modifications de structure concernant le F-104 destiné aux Allemands, premiers clients potentiels. Elles touchèrent le fuselage, la voilure et l’empennage afin de transporter une charge utile plus importante. Un équipement de vol «tous temps» permettait au F-104 d’accomplir la mission demandée et un siège éjectable Lockheed C-2 assura la sécurité du pilote à basse altitude. Le Starfighter reçut également équipement électronique de conduite du tir entièrement nouveau et d'un système autonome de navigation par inertie léger et entiè-rement automatisé afin de le rendre autonome et polyvalent. Ces transformations augmentèrent le poids au décollage de près de trois tonnes (24,5 t pour le F-104A à 28,5 t pour le F-104G), ce qui n’arrangeait pas les choses. Le réacteur du F-104A J79-GE-3A développant 6,7 tonnes (avec P.C.) laissait la place au J79-GE-11A, poussant 7,2 tonnes (avec P.C.) mais il ne compensait malheureu-sement pas l’accroissement du poids. La modification lui permettant de transporter des armes lourdes air-sol se traduisit par une augmentation de poids (environ 450 kg, soit un peu plus de 2 %). Si le fac-teur de charge augmenta de 20%, la cellule ne s'accrut que de 160 kg, le reste de l'augmentation de poids concernait les équipements électroniques nouveaux ou améliorés.
Le nouveau système d'armes pouvait s'adapter à chaque mission en tenant compte du combustible et l'armement emporté.

Le F-104, selon les Américains, devient indispensable…

Mettant le F-104G en exemple, Lockheed annonça alors être en mesure d'offrir une nouvelle version internationale répondant aux besoins des futurs pays clients. Dès lors, les commandes se succédè-rent et le 2 juillet 1959, Lockheed signait avec le Canada un accord autorisant ce pays à construire sous licence 200 CF-104 destinés aux huit escadrons de la RCAF faisant partie des forces de l'OTAN en Europe.
Politiquement, cet accord intéressait les Etats-Unis car le Canada assurait la première ligne de dé-fense contre une attaque soviétique survenant par le pôle nord. Et les Canadiens, montrant le désir de se défendre tout seuls, avaient créé un avion, le CF-105 Arrow, pouvant assurer la mission de ma-nière la plus efficace possible. Les Américains prenant ombrage du fait que l’on puisse se passer d’eux et ne faisant confiance à personne en ce qui concernait leur défense rapprochée, réussirent à plomber l’affaire et, pour faire passer la pilule, « offrirent », en 1961, 66 F-101B « déclassés » équi-pés du missile air-air moyenne distance « Falcon » (et de missiles nucléaires « Genie » plus tard) ain-si qu’une chaîne de radars et centres opérationnels reliés au système américain. Tout le monde était ainsi content ! Bien entendu, les CF-101 allaient passer à travers un programme de modernisation…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les affaires s’annoncent bonnes pour Lockheed et les USA !

En mars 1960, alors qu’Elvis Presley rentrait de son service militaire en Allemagne permettant ainsi à de nombreuses jeunes filles de quitter leur deuil, Johnny Hallyday sortait son premier disque dont la chanson « T’aimer follement » allait démanger les jambes de la jeunesse française. Les Chaussettes Noires d’Eddy Mitchell chantaient « Be bo a lula », ce qui allait augmenter la démangeaison. Le 20 avril 1960, les Pays-Bas concluaient un accord de construction sous licence et la Belgique suivait peu après.
Le 18 juin 1960, un festival de rock-and-roll faisait résonner les guitares électriques Fender Statocas-ter (pour les musiciens les plus riches) et Ohio (pour les moins riches) dans le Palais des Sports de Paris. Il en résulta de nombreux fauteuils brisés, quelques émeutes et beaucoup d’activité pour la Po-lice Nationale : la jeunesse prenait la mesure de sa culture Rock et la société française avec ! Le même mois, la chanson « Souvenirs, souvenirs » chantée par Johnny allait devenir le tube et l’étendard de cette jeunesse turbulente qui rendait les parents hagards…
En novembre de la même année, le Japon annonça son intention de changer sa flotte de F-86 vieillis-sants : comme pour de nombreux pays alliés, le F-104 tombait à point. Le Japon désirait un avion uni-quement de défense aérienne. En vue du futur accord, le gouvernement japonais mandata une équipe d'industriels japonais dirigée par Mitsubishi Heavy Industries devant assurer la production de 210 F-104J.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 15 décembre 1960, l'U. S. Air Force dévoila qu'un F-104 avait atteint l'altitude de 31 515 m, éta-blissant ainsi un nouveau record mondial. En même temps, le Starfighter avait établi un record ascen-sionnel en atteignant 30 000 mètres 15 minutes 4,92 secondes après le lâcher des freins.
En janvier 1961, Johnny Hallyday (qui connaissait bien les femmes pour son âge) chantait « Tu parles trop » en même temps que les Chaussettes Noires chantaient ce même titre (Eddy Mitchell allait se marier le 17 juin suivant, lui). Tout cela laissa l'Italie de marbre car le pays annonça, le 2 mars 1961, qu'il se joindrait à l'Allemagne fédérale, aux Pays-Bas et à la Belgique pour participer à un programme commun de fabrication du F-104. Le 20 avril, un des groupes phares du rock français, « les Chats Sauvages » dont le chanteur était le toujours présent Dick Rivers, signa son premier contrat avec Pa-thé-Marconi et la chanson « le jour J » allait être sur leur premier disque. Le printemps était chaud !

Chaud aussi pour les « conseillers miliaires » américains se trouvant en mission dans le Sud-Est asia-tique : un SC-47 était abattu le 23 mars 1961 en pleine mission de conseil. Depuis un an aux com-mandes du pays, le président Kennedy dût prendre des décisions : le 11 octobre, il envoya un déta-chement aérien (« Jungle Jim ») au Sud-Vietnam.
Une tension politique à l’été 1961 allait permettre au F-104 d‘occuper la scène en Europe. En effet, le président américain Kennedy rencontrait son homologue soviétique Kroutchev à Vienne en juin et ce dernier se montra intraitable quant à la fin du traité autorisant les Alliés à occuper les zones dévolues dans la ville de Berlin. Kennedy rentra aux USA et mobilisa les forces. Parmi celles-ci se trouvaient des F-104 de la Garde Nationale.
Le 13 août 1961, Kroutchev ferma les accès occidentaux de Berlin (le fameux couloir), Kennedy dé-créta la mobilisation et envoya les forces en Allemagne Fédérale pendant que le « fameux mur de Berlin se mettait en place : initialement en barbelé, il laissa rapidement place à un mur bétonné dans le ville... ce qui n’empêcha pas les Chats Sauvages de remporter la coupe du rock de Juan-les-Pins. Johnny Hallyday effectuait également une tournée triomphale qui passa par le Palais des Sports de Toulouse (où j’habitais alors) où les fauteuils y furent, bien sûr, cassés ! Mais la proximité de la fon-taine au milieu du square, permit à la police d’y plonger tous les excités pour les calmer. C’était en-core (presque) bon enfant… Mais il n’y avait pas ce type de fontaine à Berlin.

Les F-104A & B appartenant aux états d’Arizona (197 FIS), de la Caroline du Sud (157 FIS) ainsi que du Tennessee (151 FIS), convoyés par transporteurs vers l’Allemagne fédérale, étaient à pied d’œuvre en octobre pour faire face au bloc communiste, accomplissant leurs missions du 1er novem-bre au 15 août 1962 à partir de Ramstein.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On construisait alors des F-104 sur trois continents et dans sept pays. Les F-104G et TF-104G Star-fighter fabriqués ou assemblés en Allemagne, en Belgique, en Italie et aux Pays-Bas formèrent, avec les appareils construits aux Etats-Unis, la défense aérienne de l'OTAN en Europe. Cet avion interna-tional, construit basiquement sur le modèle «G», permettait une interchangeabilité entre tous les pays.

Alors que Sylvie Vartan commençait son ascension vers les sommets du star-system (on disait vedet-tariat, à l’époque), le F-104 était alors le plus important programme de conception et de production d'un système d'armes intégré jamais entrepris par une association de nations du monde libre, repré-sentant une première étape vers la rationalisation de la production industrielle aéronautique euro-péenne. Il en résulta les programmes Concorde, Atlantic, Jaguar qui démarrèrent au milieu des an-nées 60. Du côté de la défense des états membres de l'OTAN, cela permettait de poursuivre une uni-formisation du matériel, débuté à la création avec les F-86 et autres Meteor.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

De son côté, l’U. S. Air Force avait commandé en 1962, dans le cadre du MAP (Programme d'Assis-tance Militaire), 140F-104G destinés à différentes nations de l'OTAN et c'est Canadair Ltd. Les F-104G commandés au titre du MAP s'ajoutaient aux 109 avions déjà construits par Lockheed à Bur-bank en Californie à la demande de l'USAF. L’année 1962 se termina sur la complainte de Richard Anthony « J’entends siffler le train », chanson originalement prévue pour Hugues Auffray mais que Barclay attribua finalement à Richard : devant le succès mémorable de ce titre, Hugues se sentit lésé et je suis poli. Sur les écrans, cette année-là, on pouvait suivre le premier opus des aventures de Ja-mes Bond 007 contre le docteur No.
Le premier F-104G du MAP a effectué son vol initial le 30 juillet 1963. Les livraisons à la Norvège, au Danemark, à la Grèce, à la Turquie, à l'Espagne, à la Chine nationaliste et au Pakistan débutèrent avant la fin de l'année.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’année 1963 vit Claude François faire la première partie du spectacle de Sylvie Vartan à l’Olympia tandis que le 10 mai suivant, les Rolling Stones sortent leur premier disque dont la chanson « Come on » sera noyée dans la masse du Rock-and-Roll, tout comme les Beatles qui chantaient « Please, please me ». Le 15 juin, Johnny Hallyday, partageant l’affiche du film « D’où viens-tu Johnny » avec Sylvie Vartan, fêtait ses 20 ans en Camargue avec l’équipe du film. Ce film sortait quelques mois plus tard et précipitait la jeunesse français dans les salles obscures (j’en étais !). Le 22 suivant, Johnny rassemblait 30 000 spectateurs sur la place de la Nation à Paris : c’était définitivement l’Idole des Jeunes, comme on le baptisait alors !
Emporté par le succès, les sentiments et la folie de la jeunesse rock, Johnny et Sylvie Vartan annon-cèrent officiellement leurs fiançailles le 15 octobre 1963 : cette nouvelle allait mobiliser les médias sans compter, occultant un bras de fer entre le général de Gaulle, président de la république française et les USA. En effet, les unités tactiques américaines, canadiennes et françaises stationnant sur le sol français et ayant la capacité nucléaire tactique (ou pas), se trouvaient sous administration américaine. Le président français jugeant cet état de fait inacceptable depuis son accession à cette haute fonction (1958), demanda aux Américains que l’arme, sur le sol français, soit sous la responsabilité française. Les Américains ne l’acceptèrent évidemment pas… Il en résulta une situation type « impasse » qui déboucha sur le retrait de la France de l’OTAN. De Gaulle n’en avait rien à faire, le Mirage IVA étant sur le point de rentrer en service un an plus tard !
Cette « idée » fit également son chemin dans la politique canadienne, aboutissant au retrait de la mis-sion nucléaire au 31 décembre 1971, jugeant la mission mauvaise pour l’image du pays. Les CF-104 passant alors dans la mission reconnaissance ou tactique.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’année 1963 vit aussi un Starfighter modifié en version NF-104A, équipé d'un moteur-fusée auxiliaire, spécialisé dans l’entraînement des astronautes. Piloté par le major Robert W. Smith de la base aé-rienne d'Edwards, cet appareil parvint à l'altitude de 36 228 mètres le 15 novembre : ce record mon-dial d'altitude n’était toutefois qu’officieux mais s’ajoutait à la liste très « causante » du F-104.
Mars 1964 remit les idées de Johnny Hallyday en place : Jean-Philippe Smet reçut sa feuille de route pour effectuer son service militaire. Fini la rigolade… au moins pour un temps. Et en septembre 1964, un film d’aviation sortait sur les écrans français : « Mission 633 » : il avait été tourné grâce aux der-niers Mosquito encore en service en Angleterre et le film valait le déplacement. Il annonçait, en quel-que sorte, le suivant : « la Bataille d’Angleterre » !
Le 2 août 1964, des avions nord- vietnamiens attaquaient des bateaux américains en Mer de Chine : les Américains n’aimèrent pas. A l’automne 1964, les USA envoyaient des unités aériennes de com-bat au Sud-Vietnam : tout était alors en place pour une des plus longues guerres de la planète.
Le 20 janvier 1965, le film français « Le ciel sur la tête » sortait dans les salles : il mettait en valeur l’aéronavale française, mettant en scène les Etendard, Alizé et le Clemenceau, porte-avions fer de lance de notre marine. Tous les passionnés d’aéronautique se précipitèrent dans les salles et ne fu-rent pas déçus. Quelques années plus tard, lorsque l’on verra « Nimitz, retour vers l’enfer », on y note-ra un air de ressemblance…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le F-104 fait parler la poudre…

Le 7 février 1965, le Viet Cong (rebelles communistes) attaquent la ville de Pleiku, au Sud-Vietnam : c’est le début de la guerre « officielle » du Vietnam. Dès le lendemain, les raids américains débutaient en masse. En avril 1965, l’USAF affecta un escadron de 25 Starfighter en Asie du Sud-Est pour faire face à la menace représentée par les chasseurs MiG. Huit mois durant, la 479e escadre tactique de George Air Force Base (Californie) a détaché ses trois escadrons de F-104 à Da-Nang, par roulement. Armés de missiles Sidewinder et de leur canon «Gatling» de 20 mm, les F-104C assurèrent la dé-fense de l'espace aérien du Vietnam. La menace aérienne ennemie ne se matérialisant pas, ils se vi-rent assigner des objectifs tactiques. Trois de ces appareils étaient abattus et deux rentrèrent en colli-sion lors d’une sortie nocturne. Les batteries ennemies endommagèrent un autre avion, le pilote étant tué dans le crash. Composant la 479e escadre, les 434, 435 et 436ème escadrons de Starfighter tota-lisèrent 8 820 heures de vol en 2 269 missions, soit une moyenne mensuelle de 70 heures de vol par appareil. La durée moyenne d'une sortie était de près de quatre heures et certaines dépassèrent sept heures.
Pendant ce temps-là, les Rolling Stones chantaient « I can get no satisfaction » depuis le mois de mai, date de sortie du disque en France (avant l’Angleterre !) : ce titre allait définitivement les mettre en op-position au groupe Les Beatles jusqu’à la séparation de ce dernier.
Mené tambour battant, le programme de production du F-104 à l'échelon mondial menait son train et le 1er octobre 1965, 14 forces aériennes utilisaient plus de 2000 F-104 qui assuraient la défense des pays de l’OTAN et de l’OTASE.
Le dernier escadron détaché au Vietnam termina sa série de missions en décembre 1965 et retourna à George Air Force Base. Dès mars 1966, un des escadrons F-104C du 479 TFW était affecté à la 7e force aérienne dans la zone opérationnelle du Vietnam.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

D’autres pays se voyaient confrontés au combats aériens, en premier lieu, le Pakistan. Afin de moder-niser la défense aérienne de ce pays face aux MiG 21F en cours de livraison à l’Inde, les USA décidè-rent de livrer un escadron de F-104A à la PAF (pas la Patrouille de France, mais la Pakistan Air Force !). Ces avions, venant d’être retirés des unités de la Garde Nationale américaine, offraient une solution rapide et cohérente pour préserver l’équilibre opérationnel dans cette partie du monde. Les perfor-mances du MiG 21F étaient équivalentes au F-104A : les pendules étaient remises à l’heure.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En 1964, la Chine populaire passait la vitesse supérieure en faisant exploser sa première bombe nu-cléaire. Se sentant dès lors très fort, le président Mao Tse Toung décida de lancer la révolution cultu-relle dès l’année suivante : tous les livres étaient officiellement détruits, comme tout ce qui représen-tait la culture « d’avant Mao ». Seul, le « petit livre Rouge », regroupant les pensées philosophiques du guide, avaient droit de cité sur le territoire national. Cette opération inquiéta les pays voisins qui se demandaient où cette aventure allait s’arrêter!
Les F-104 pakistanais enregistrèrent leur première victoire aérienne le 24 juin 1965 sur un Ouragan. Le 1er septembre 1965, la guerre débuta entre l’Inde et le Pakistan en raison de revendications terri-toriales. Les F-104 pakistanais participèrent à leur premier combat le 3 mais sans résultat. Bien que le bilan ne soit pas toujours très clair actuellement, il semble que plusieurs F-104 aient souffert des atta-ques indiennes mais la seconde victoire était obtenue le 6 septembre sur un Mystère IVA ce même F-104 étant abattu peu après.
Les F-104G taiwanais font le coup de feu le 13 janvier 1967 en interceptant et abattant deux F-6 « rouges » chinois.
Au Moyen-Orient, la guerre israélo-arabe grondait alors que les premiers F-104A rejoignaient Amman, en Jordanie : les Américains avaient décidé d’aider la Jordanie, seul pays arabe pro-occidental à l’époque (l’Iran était un peu plus au sud…) à maintenir un équilibre militaire face à la Syrie au nord et à l’Irak, au sud. Curieusement, quarante-huit heures avant l’offensive israélienne du 6 juin 1967, les F-104A et B décollèrent d’Amman pour la Turquie aux mains des moniteurs américains, les Jordaniens n’étant pas lâchés.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Sud-Est Asiatique et les rebelles…

La litanie de l’insécurité sur la planète ne serait pas complète si je n’évoquais pas la guérilla qui sévis-sait dans les archipels de Malaisie.
Le parti communiste étant déclaré illégal en Malaisie le 17 juin 1948, les membres du parti les plus remontés passèrent à la clandestinité. Dès lors, les Anglais administrateurs de ce pays faisant partie du Commonwealth, n’eurent de cesse de lutter contre les groupes dissidents. Une première opération (Firedog) impliqua aussitôt la RAF et les autres services de l’armée royale britannique.
Au milieu des années 50, Lockheed avait entamé des négociations avec l’Australie afin d’y vendre des F-104 car la RAAF avait le besoin de renouveler sa flotte de F-86 Sabre. La situation instable de la ré-gion se prêtait bien aux négociations. Bien que la vente de 30 F-104 ait été sur le point d’être annon-cée en 1957, l’achat était annulé car l’avion était finalement trop cher et trop spécialisé. Il en résulta une remotorisation des Sabre, en attendant.
Deux ans plus tard, en 1959, l’achat de F-104 semblait à nouveau sur le point d’être signé quand le gouvernement australien porta finalement son choix sur le Mirage IIIE le 15 décembre 1960. Cette même année, les Britannique mettaient fin à l’opération Firedog.
En 1963, l’Indonésie commença à remuer en effectuant quelques opérations militaires contre la Malai-sie. La RAF revint au charbon en détachant quelques unités de combat dont le 20 squadron et ses Hunter. De nombreuses missions air-sol étaient effectuées contres les groupes rebelles infiltrés. Il existait une certaine inquiétude car l’URSS armait l’Indonésie avec, notamment, des MiG 21F, à l’époque bête noire pour les occidentaux. En conséquence, la RAF envoya un escadron de Javelin, l’intercepteur tout-temps. Mais il fallait se rendre à l’évidence : l’avion n’était pas à la hauteur de sa tâ-che. En conséquence, dès 1966, les responsables militaires poussaient le gouvernement afin de dé-tacher des Lightning dans la région. Ce fut chose faite et en juin 1967, les BAC Lightning F6 du 74 squadron « Tiger » se mettaient en place à Tengah, Singapour, pour assurer la défense aérienne de la région. Ce qui expliquait pourquoi le 74 squadron n’était plus présent aux Tiger’s meets dès cette date-là.

Epilogue

Dès le milieu des années 60, le F-104 n’était plus d’actualité de par son obsolescence. D’autres avions apparaissaient en tant que prototypes, préfigurant l’avenir des avions de combat. Dès lors, les avions en service à l’occident se voyaient réactualiser dans leurs équipements en attendant « l’avion de combat idéal ». Fiat- Italie produisit 165 F-104S destinés à l'Armée de l'Air italienne incorporant les améliorations nécessaires à la prolongation de vie. Ces avions étaient équipés du réacteur J79-GE-19 fournissant 8100 kg de poussée avec postcombustion, éliminant ainsi quelques soucis dans tout le domaine de vol dont ont été victimes essentiellement les F-104 allemands. Son autonomie était éga-lement augmentée en raison d’une consommation moindre de carburant. Le F-104S était essentielle-ment un intercepteur tous temps et accessoirement un chasseur-bombardier, et le dernier Starfighter de la lignée.
Lockheed étudia de nouvelles versions du Starfighter comme le CL-901 spécialisé dans la défense aérienne suivi par le CL-981, le CL-984, le CL-1007 et le CL-1010 sont tous équipés de réacteurs J79-19; ils devaient répondre aux besoins de diverses nations comme successeurs des F-104 mais, comme chacun sait aujourd’hui, les européens produisirent des appareils leur permettant une certaine indépendance industrielle… remise en cause dès les années 80 avec les F-16 américains qui rempla-cèrent, d’une certaine manière, l’impact des F-104 et autres F-5… L’histoire est un éternel recommen-cement… comme on peut le constater aujourd’hui où l’islam a remplacé le communisme comme nou-velle pensée universelle.

Jean-Jacques PETIT (janvier 2013)



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fox59
Membre clef
Membre clef
avatar

Age : 46
Localisation : Tourcoing

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 08:42

Je trouve cette présentation de l'avion et de son époque fort originale et très intéressante . Une fois les choses remisent dans le contexte de l'époque , l'avion apparait sous un nouveau jour

Merci JJ pour cette article ecrit spécialement pour le forum , vivement la suite f104


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 11:29

Merci pour l'encouragement... mais je suppose que les èffezèsistes et autres s'en battent les... heuh... lobes d'oreilles.

Mais il y avait aussi un autre avion, à l'époque, qui a inondé la planète et dont l'USAF ne voulait pas: le Northrop F-5 Freedom Fighter. Il arrivait à point pour compléter la panoplie représentée par le F-104 et variantes. Dévolu aux missions tactiques, subsonique, il remplaçait parfaitement le F-84F et ne coûtait pas très cher, ce qui le rendait attractif pour les pays aux petits moyens.

Il n'est pas impossible que je traite aussi cet avion comme je l'ai fait pour le F-104, ce qui pertmettrait de brosser "l'environnement" sociétal des années 60 plus complètement que le F-104, car le F-5 a connu la folk music et le disco à ses débuts, sans parler de toute l'époque "planante"... Et c'est aussi un des premiers zavions dont j'ai réalisé des planches de profils sur des feuilles dessin A4: quand je les regarde, ça me rappelle des souvenirs!

Cette époque aéronautiquement et musicalement riche, a connu les débuts de l'électronique miniaturisée: souvenez-vous que le Mirage IIIE avait un Doppler à lampes et, dans la foulée, les Australiens et Belges ont eu le leur en circuits imprimés et transistorisés... le tout, en l'espace de deux-trois ans! Cette époque a aussi vu naître le Concorde et, lorsque je suivais les cours théoriques de circulation aérienne, à l'ENAC, par la fenêtre de la salle, je le contemplais passer, en finale sur Blagnac, superbe de majesté. C'était il y a quarante deux ans, c'était hier...
Sacrée époque, mais tous ceux qui sont venus au monde avec le téléphone portable à la main et le PC ou l'ordinateur portable à portée de main n'en n'ont aucune idée. Nous les "dinosaures", nous savons et nous essayons de profiter positivement de ce modernisme.

JJ

Dessous, un F-5B canadien de la 433è escadrille sur lequel a volé un collègue français dans les années 70-80.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fox59
Membre clef
Membre clef
avatar

Age : 46
Localisation : Tourcoing

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 11:58

Fives les dinosaures dino , vive les efseisiste , efcentquatriste , efcentqinqquiste et tout les passionnés muets qui apprécies tes post JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 14:56

D'avoir un retour permet de savoir si on pédale dans le vide ou non. Là est toute la question de ceux qui écrivent... pour les autres. Ceux qui écrivent pour satisfaire leur ego s'en battent... les lobes d'oreilles, des retours, ou pas!

Les dinosaures, passionnés, s'ils peuvent de temps à autre lever le voile sur le passé, je trouve qu'ils accomplissent leur mission, comme nos aînés l'ont fait avec nous. Le parainage avait du bon et c'est dans la transmission de l'expérience de mes aînés que j'ai beaucoup appris aussi. Alors, en quelque sorte, je renvoie l'ascenceur.

Vive les vieux! What a Face
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fox59
Membre clef
Membre clef
avatar

Age : 46
Localisation : Tourcoing

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 15:04

Tous ne le ferait pas et je te remercie de le faire meeting


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 16:22

Merci de ton soutien que je sais... passionné et maintenant, je retourne à la suite. Une dernière chose à noter, pour l'anecdote: comme je suis un inconditionnel des Chaussettes Noires depuis 1960 et autant des Rolling stones depuis 1965, c'est à... Lille que j'ai trouvé la super guitare électrique dont se servait le soliste des Chaussettes Noires peu avant leur séparation. Et je suis bien content de l'avoir, le son est toujours ausi bon.
vive le Ch"Nord!
JJ

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Hamster Volant
Membre animateur
Membre animateur
avatar

Age : 54
Localisation : Valenciennes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 19:23

Avion et musique, l'approche est originale... et saperlipopette, même étant né au début de ces années 60, c'est un post qui me fait remonter la nostalgie à plein... Une bonne part de ces chansons passaient sur le tourne-disque paternel, et j'ai toujours eu une faiblesse pour ces Century Fighters (et leurs contemporains français et anglais évidemment!)...

Et c'est marrant, mais même dans ma tête ces années là sont en noir et blanc... contrairement aux années "Guerre du Vietnam" qui elles sont en couleurs...

JJ, le roi de l'évocation nostalgique...

(et franchement, je ne regrette pas une minute d'être né à cette époque là!)
Revenir en haut Aller en bas
rafale59
Membre très actif
Membre très actif
avatar


MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 21:58

J-J tu ne pédales pas pour rien , comme toujours tes postes historique son passionnant et toujours autant détaillé !

merci de nous faire partager tes connaissances .
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 22:13

Que tout soit clair: je ne regrette pas cette époque, même si les filles s'habillaient en femmes avec des couleurs chatoyantes au lieu de pantalons et toutes en noir aujourd'hui.
Au niveau aéronautique, j'aurais voulu être sur base dans les années 50, c'est plus dans mes sentiments "aéronautiques": diversité, couleurs etc.
Quant à la musique, dès que le disco est arrivé, je ne me suis plus senti concerné... et, pour parler de la couleur: détrompationnes-toi! Les seules images que nous voyions à l'époque étaient à la TV... en Noir & blanc! Pareil pour les actus au cinéma. Les seules couleurs visibles à cette époque étaient quelques rares magazines aéronautiques et Paris-Match dont j'ai gardé quelques pages (T-28, F-100, Intruder...)

On a tout découvert dans les années 70 quand les Américains ont commencé à publier sur le sujet, dont "Kill Migs" vers 1973-1974, que j'ai acheté et traduit pour les pilotes de la Douze car ils n'avaient pas de retour sur le conflit vietnamien.

Et c'est aussi une des raisons pour lesquelles le Tiger's Meet de juin 1972, à Cambrai a été si médiatisé: les F-111 sortaient pour la première fois de leur base pour opérer sur une autre. Les F-4D de la 36 étaient aussi méconnus pour nous.
Et pour ça, je remercie Lou Drendell qui a lancé la série "in action" car il a vraiment fait avancer les choses pour les passionnés d'aviation militaire de l'époque.
On a tout découvert de ce qui est si banal pou la jeunesse d'aujourd'hui: les mobylettes, les tourne-disques, les postes radio à transistor etc. Et il y en a à raconter sur cette époque où la tension des jeunes, qui ne voulaient plus du système de nos parents, à abouti à mai 1968... évènement qui s'est retrouvé quasiment sur toute la planète.

Si je m'attèle au F-5, j'aborderai certainement tout ça, mais il faut d'abord que je termine le F-104... et le reste qui ne concerne pas le forum.
Vive le rock-and-roll!
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
magie29
Membre incontournable
Membre incontournable
avatar

Age : 68
Localisation : Toulouse C..!

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 22:17

un des 3 NF104A à moteur fusée auxiliaire

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
- plus on monte plus la densité de c..s diminue
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Dim 03 Fév 2013, 22:46

J'avais quelques photos que je n'ai pas postées car hors sujet de mon point de vue. Je n'ai qu'évoqué la chose dans mon historique et je pense que ça suffisait. Mais c'est bien de participer.
Tu a été concerné par l'avion, d'une certaine manière...? Quelques rencontres dans le Nord ou à Zara: tu pourrais raconter, ce serait bien!
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
M.Frank
Membre animateur
Membre animateur



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Lun 04 Fév 2013, 13:58

Bien intéressante perspective historique, qui permet, à mon sens, d'évoquer l'histoire d'un avion sans devenir trop aride (lire technicien, ou énumérateur des cahiers de marche).
Un peu dans la perspective du Docavia relatif au Corsair (de René Bail), dans lequel on parle de pleins de choses intéressantes, et notamment du Corsair.

Si l'histoire du F104 est relativement bien documentée (à condition de piquer dans plusieurs bouquins*, traitant chacun d'un pays), il n'en est pas de même du F5, surtout A.
Donc je suis très très preneur d'un papier sur le sujet.


Ah oui, au fait: le rock n' roll n'aura jamais qu'un nom: Chuck Berry.




* dont certains écrits en language pas fréquentable (en batave, quoi)
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Lun 04 Fév 2013, 15:00

Il va sans dire que Chuck Berry est l'inspirateur du rock-and-roll, notamment dans sa façon de jouer de la guitare. Cette guitare, d'ailleurs, extrapolée des guitares électriques de jazz qui ont un son si particulier. Les guitares rock n'ont rien à voir avec ça.
Et comme j'aime Chuck Berry, j'ai hésité lorsque j'ai acheté la mienne, entre celle de Chuck et celle des Chaussettes Noires. La dernière avait meilleur son, alors...

Ceci dit, j'avoue que le F-5 me tente bien au niveau histoire, notamment qu'il me permettrait de traiter l'aviation sud-vietnamienne, armée de l'Air qui est un de mes centres d'intérêt depuis (très) longtemps. Et je pourrais ainsi clore le travail de ces profils que j'avais réalisés au milieu des années 60.

Mais en dehors des différentes tâches qui m'attendent, je dois m'atteler rapidement à la guerre 14-18 pour le forum, afin de rattrapper un peu le temps qui a passé et me mettre en phase avec le timing de l'époque et le notre. Chose promise, chose due...

Vive le F-104, le F-5 et, si on mélange les deux, le F-105!
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
M.Frank
Membre animateur
Membre animateur



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Lun 04 Fév 2013, 15:51

Le Rock n'roll n'est pas venu de nul part.
Il est issu de la transformation d'influences diverses.
Il y a donc eu un avant Chuck Berry (les historiens fixent la naissance "officielle" du Rock n'Roll entre 1951 et 1953 - « Crazy Man Crazy » de Bill Haley, suivi peu après des Elvis Presley, Buddy Holly, Jerry Lee Lewis, Eddie Cochran, Bo Diddley, Little Richard, etc...).

Mais force est de constater que seuls les spécialistes pointus gardent une idée précise de l'apport de ces précurseurs (à part Elvis, dont on insiste un peu trop sur le côté "sirop").

Chuck Berry est un cas à part: créateur, pas plus que les autres, mais systématiseur de tous les codes qui ont perduré dans le Rock, depuis lors: la structure des chansons, les sous - entendus sexuels, la façon de chanter et jouer en même temps, les attitudes (très important, dans le Rock, les attitudes)...

On peut affirmer en ayant des arguments qu'une grande partie de toute la production entre 1960 et 2000 n'est jamais que du Chuck Berry, trituré dans tous les sens, accéléré, ralenti, destructuré.
Mais fondamentalement, son oeuvre à été la base de travail pour tous ceux qui ont suivi.

Ainsi, prenez un Motörhead, par exemple, groupe iconique apparu en 1974, toujours en activité et qui à mon avis (partagé par beaucoup) constitue la meilleure définition actuelle du Rock.
C'est joué lourd, fort, vite, brutal, mais c'est du pur Chuck.

La preuve:

- Chuck

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

- Motörhead (2011)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Lun 04 Fév 2013, 18:20

Là, on entre dans un vrai débat!

Il est vrai que le rock remonte loin et on est surpris en écoutant la musique US qui nous a envahi dans les mois qui ont suivi le débarquement. Mais comme tu le souklignes, Chuck Berry semble lui avoir donné ses codes dès 1952 alors qu'il débutait ses tournées.

Motorhead ne m'a jamais branché tant, pour moi, c'est un groupe "métal"... et mon fils senior est un fan du métal, encore aujourd'hui, à 40 ans.
Dans les groupes de l'époque, je n'avais que les Stones et encore, quand ils sortaient des morceaux rock: en général, 1 seul par 33 tours. D'une certaine manière, il y a eu aussi ZZ Top, les Beach Boys, mais là, ça dérive un peu. Et il ne faut pas oublier le groupe Téléphone qui a été bien inspiré tout au moins au début et de temps à autre après.

En 1974, j'étais à Lille et j'ai acheté toutes les rééditions d'Eddie Cochran, Buddy Holly et Chaussettes Noires (pour combler les manques) sorties à ce moment-là. En revanche, en écoutant "Fil" (France Inter Lille), à l'époque, j'ai bien rigolé en écoutant un pur Rock-and-Roll de Louis Chedid "Ye souis Un Fou Dou Fandango". J'ai eu du mal à trouver le disque tant le bonhomme était peu connu à ce moment-là.

Je pense que je parlerai de toute cette musique en abordant le F-5, notamment le disco, qui n'est pas ma tasse de thé, mais il y a eu de bons morceaux tout de même. Et les tenues de scène! C'est en repensant au film "Aigle de fer" que j'ai eu l'idée de faire un parallèle musical-culturel en traitant le F-104. Et la musique n'a pas non plus été oubliée dans "Top Gun": conclusion, la musique et les avions sont indiscossiables, à mon avis. Non? Very Happy

Vive le rock, à l'inverse de Jean Yanne qui hait le rock si l'on en croit sa chanson-sketch.
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
M.Frank
Membre animateur
Membre animateur



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Lun 04 Fév 2013, 19:41

jean-jacques PETIT a écrit:


conclusion, la musique et les avions sont indiscossiables, à mon avis. Non? Very Happy

JJ

Le bruit, la vitesse, la jeunesse, l'attitude.
Oui, il y a beaucoup de similitudes entre les avions et le rock.

D'où je pense l'aura qu'ont les pilotes, exerçant pourtant une activité on ne peut plus sérieuse et rigoureuse.
Je ne vois pas Robert Plant de Led Zeppelin sauter dans un Lightning après un concert Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Lun 04 Fév 2013, 20:44

Mais, pour en finir (momentanément) avec le rock, je précise que le patron des Tigres, sur SMB2, à l'époque du Tiger's Meet 1972, était guitariste et jouait dans un orchestre au 1/12, avec, au moins, un des secrétaires et animait les soirées 1/12. Amusant, non?
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 05 Fév 2013, 10:13

merci pour ce morceau d'histoire, présenté de manière très pédagogique et agréable à lire .
pourrais-tu préciser un angle qui est celui de la mauvaise réputation du F 104 et de son taux d'attrition plutôt (pas le chien alien ) important.
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 05 Fév 2013, 11:13

J'ai prévu d'en parler en détail en abordant les F-104 pays par pays car cela sera plus visible et justifié que dans la saga généraliste que je viens de poster. Mais je l'ai rapidement abordé, à condition de lire entre les lignes, en parlant du poids du F-104G par rapport au F-104A et de la motorisation qui n'a pas augmenté dans la même proportion.
Le sujet mérite de s'y étendre correctement.

Vive le F-104!
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
M.Frank
Membre animateur
Membre animateur



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 05 Fév 2013, 17:55

TEMPEST a écrit:
merci pour ce morceau d'histoire, présenté de manière très pédagogique et agréable à lire .
pourrais-tu préciser un angle qui est celui de la mauvaise réputation du F 104 et de son taux d'attrition plutôt (pas le chien alien ) important.

Je sais que ça va faire grincer des dents, mais les stats du Mirage sont pire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 05 Fév 2013, 17:59

LE MIRAGE ! splash
NOTRE MIRAGE pufff
Revenir en haut Aller en bas
M.Frank
Membre animateur
Membre animateur



MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 05 Fév 2013, 18:16

Eh oui:

292 F104 allemands perdus....mais sur 916 au total, et ce sur une période de 30 ans.
Soit un peu moins d'un avion sur 3, ce qui est très acceptable, compte tenu des conditions de vol, essentiellement BA, par mauvais temps, et dans un espace aérien encombré.

Pour mémoire:
- sur 95 Mirage IIIC de l'armée de l'air, 55 ont été classés accidentés ou détruits. Plus d'un sur 2, en 27 ans d'utilisation (et utilisation très décroissante les 15 dernières années)
-Attrition du Mirage III E dans l'Armée de l'Air : 74 sur 186, en 29 ans. 39, 7 %, soit un ratio un peu supérieur au F104, dans un laps de temps similaire.
-14 Mirage III R sur 50 ont été réformés après destruction ou accident (28%)
- 6 Mirage III RD sur 20, soit 30 %

Je pourrais parler du Crusader, aussi.

Bref, rien d'exceptionnel pour l'attrition du 104 dans la Luftwaffe. Fait monté en épingle par la presse, considérant de surcroît que les 104 crashés en allemagne pouvaient également être belges, hollandais, ou canadiens....

Enfin, pour enfoncer le clou, on doit rappeler que si l'attrition du 104 n'avait rien d'anormale par rapport à celle de ses contemporains, elle était meilleure que celle de ses prédecesseurs (F84 notamment).

During its period of service with the German armed forces, about 270 German Starfighters were lost in accidents, just under 30 percent of the total force. About 110 pilots were killed. However, the attrition rate in German service was not all that much greater than that of the F-104 in service with several other air forces, including the United States Air Force. Canada had the unenviable record of losing over 50 percent of its 200 single-seat CF-104s in flying accidents. The loss rate of Luftwaffe Starfighters was not all that extraordinary, since the Luftwaffe had suffered a 36 percent attrition rate with the Republic F-84F Thunderstreak, the Starfighter's immediate predecessor. There was nothing intrinsically dangerous about the Starfighter, since the Royal Norwegian Air Force operating identical F-104Gs suffered only six losses in 56,000 flying hours, and the Spanish Air Force lost not a single one of its Starfighters to accidents.

However, the high rate of crashes while in Luftwaffe service could be blamed more on the hazards of flying low-altitude missions at high speeds in the bad weather of Northern Europe than on any intrinsic flaw with the F-104G. Human error was probably the major cause of the majority of the accidents. The Starfighter required 38-45 hours of maintenance for every hour in the air, and many of the Luftwaffe ground crew personnel were conscripts who were probably too hastily trained. In addition, German Starfighter pilots were only flying 13-15 hours a month, compared with the NATO average of about 20 hours. Another factor may have been the fact that the initial training of Luftwaffe aircrews took place in the USA rather than in Germany. The reason given for training Luftwaffe pilots in the USA rather than in Germany was that the clear air and good flying weather in the American Southwest was much more conducive to pilot training than was the often lousy weather of Northern Europe. However, one might fairly point out that were war to break out, the actual fighting would be done in the nasty weather of Europe rather than in the clear desert air of the American West. The sudden transition from the clear desert skies of Arizona to the winter skies of northern Europe may have been another factor in the rash of crashes.




Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ... clnk&gl=be






Dernière édition par M.Frank le Mar 05 Fév 2013, 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 05 Fév 2013, 19:42

J'ai appris très tôt, à mes arguments contrés par un pilote d'expérience, que le taux d'attrition ne se comptait pas par rapport à la quantité d'avions en service, mais par 10 000 heures de vol effectuées par le type d'avion en question.
Donc, pour l'instant, n'ayant pas de données sur le taux d'attrition vrai et officiel du F-104, je ne dis rien. Mais je rechercherai lorsque je m'attaquerai à l'historique par pays.

Ton étude, je l'avais réalisée il y a trente ans avant d'en parler à un commandant d'escadron du 2/2. C'est lui qui m'a donc expliqué de manière réaliste et officiel le taux d'attrition du Mirage et celui du F-104.
10 % sur 100 avions ou 100 heures de vol, ça n'est pas pareil que 10 % de 1000 avions ou 1000 heures de vol. Dans mon commentaire sur les pertes de F-104 j'ai prévu d'aborder un autre pays dont on parle peu mais où ça tombait pas mal à l'époque...

JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fox59
Membre clef
Membre clef
avatar

Age : 46
Localisation : Tourcoing

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 16 Avr 2013, 17:34

Ce soir sur Arte
Starfighter le cercueil volant
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 16 Avr 2013, 18:32

Je pense me remettre au travail vers le 1er juin après avoir éclusé ce qui m'occupe actuellement... dont la reproduction des carnets de vol DU pilote français de F-104: une mine d'or! Et une trentaine de profils de F-104 allemands à réaliser (-4 déjà faits)... un comble, moi qui n'aime pas les croix noires! Very Happy
JJ clown


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fox59
Membre clef
Membre clef
avatar

Age : 46
Localisation : Tourcoing

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 16 Avr 2013, 18:50

king


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mar 16 Avr 2013, 22:47

Je viens de regarder le documentaire et, tout de suite, ça m'a rappelé une phrase devenue célèbre de la ministre Georgina Dufoy (je crois que c'est elle) au sujet du scandale du sang contaminé: " responsable, mais pas coupable".

Cette phrase peut être appliquée aux hommes politiques allemands qui ont décidé de la commande des F-104 en dépit des bémols quant à cet avion... selon le plan de charge demandé par la Luftwaffe.

Dans le doc, on évite de parler de ça, seulement un interview d'un futur chancelier et le procès contre Lockheed est abordé. Le doc aurait mérité d'approfondir le pourquoi du choix politique et les avis de la Luftwaffe pour être véritablement complet.

En revanche, le côté des épouses est bien mis en évidence, notamment avec une "nunuche" qui devient une tigresse à la suite de la mort de son homme. C'est en partie à cause de la révolte des épouses que l'affaire est devenue scandale public. J'aborderai tout ça bientôt comme je l'ai annoncé.

Pour les spotters, quelques belles images de F-104 de la JG 71 "Richtoffen" (codés en JA), malheureusement camouflés. J'entends par là qu'il y a trop peu d'images de l'époque 1962-1964, alors que la plupart des avions étaient alus.
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
fox59
Membre clef
Membre clef
avatar

Age : 46
Localisation : Tourcoing

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mer 17 Avr 2013, 04:40

Je l'ai enregistré , dés que j'ai un peu de temps je le regarderais lecture

Je ne sais pas combien te temps elle sera dispo en replay mais le liens pour le moment c'est ici
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Mer 17 Avr 2013, 10:02

Je l'ai théoriquement sur ma box mais j'aimerai bien l'avoir en archive... Je vais voir si je peux le transférer sur mon PC, quand j'aurai le temps. Là, nous touchons l'histoire contemporaine moderne: politico-économico-... défenso Very Happy ce qui permet de comprendre un peu mieux ce qui se passe aujourd'hui car les leviers du bazar n'ont que peu évolués.

Pour ARTE, je crois que le replay est à 7 jours.
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Sril
Membre très actif
Membre très actif
avatar

Age : 46
Localisation : Le Mans/Tours

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Jeu 18 Avr 2013, 17:46

Je découvre ce post avec grand plaisir.
A le lire , c'est comme si on était dans ton salon a discuter avions et histoire...et rock & roll!!!, j'adore.

C'est rigolo car ce midi un de mes collègues très branché histoire et technologie m'a parlé de ce reportage que j'avais déjà vu. Ca a débouché sur une discussion passionnante sur l'évolution technique de ces périodes.
On ne passe pas du Sabre au Starfighter...ou du Mystère IV au Mirage III sans quelques changements de méthodes de travail.


Revenir en haut Aller en bas
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Jeu 18 Avr 2013, 18:17

Content que tu apprécies ce regard vers le passé, venant de toi, c'est un bon compliment!
Tu me connais Sril, j'aime bien avoir un regard global sur les choses avant de chausser les jumelles, voire la loupe. L'époque, la société, la technologie, tout ça est indissociable. J'ai d'ailleurs bien aimé, dans ce documentaire, entendre dire une épouse qui a appris avec retard le décès de son pilote de mari: "il n'y avait pas de portable, à notre époque!"

Je crois que le défaut de beaucoup de gens, actuellement est de juger le passé en tyenant compte du matériel et des infos dont nous disposons aujourd'hui, sans penser que cela pouvait être différent par le passé.

D'ailleurs, pour la suite de cette étude du "F-104, témoin de notre temps", j'ai élargi le champ de vision et je ne parlerai pas que de Rock and Roll... on va se remémorer des choses étonnantes!

Vive le regard vers le passé qui nous rend plus philosophe... enfin, je l'espère!
JJ


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
wad59
Membre très actif
Membre très actif
avatar

Age : 70
Localisation : LILLE

MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   Ven 19 Avr 2013, 17:00

Bonsoir,
Superbe appareil me rappelant de bons souvenirs lors des visites à CAMBRAi-EPINOY .
Un son inimitable et des passages au dessus des pistes par les pilotes belges ( comment dire ? ) .....
Gérard .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le F-104, témoin de notre temps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le F-104, témoin de notre temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion'ailes :: La Passion de l'histoire :: Histoire de l'aviation internationale :: Selon JJP-
Sauter vers: