AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les F-104, témoins de notre temps... et des Espagnols

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Les F-104, témoins de notre temps... et des Espagnols   Lun 25 Mai - 16:31

Je poursuis la présentation des pays utilisateurs du F-104, dans les années soixante essentiellement (époque "métal") avec l'Espagne.

ESPAGNE

Dans les années 50, l’Ejécito del Aire (Armée de l’Air) espagnole, se trouvait dans un dénuement frappant, composée d’avions dépassés comme les F-86F, les nombreux He 111 et… Messerschmitt 109 (alias Hispano HA 1112). Le film « la Bataille d’Angleterre, au milieu des années 60, permit à ces derniers de partir de manière honorable.

Le pays signa un Pacte d’Assistance Mutuelle en 1953, les Américains complétant ainsi la ceinture autour des pays du bloc de l’Est composée des bases de chasse et de bombardiers stratégiques.
L’Espagne adhéra à l’ONU en 1955 et, enfin, à l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques, siégeant à Paris) en 1959, ce qui lui permit de sortir peu à peu de son isole-ment imposé par son dirigeant –et dictateur- le général Franco. L’Espagne participa aux activités militaires européennes mais la culture, comme le Rock-and-roll, ainsi que le mode de vie eût du mal à faire son trou !

Il était question de modernisation depuis le début des années 60 mais l’urgence ne se faisait pas sen-tir, l’Espagne n’étant pas en première ligne face au bloc de l’Est, ennemi désigné. Construit par Cana-dair sur des fonds américains et canadiens (OTAN), les deux premiers Starfighter monoplaces, flanqués de deux biplaces, allaient se voir compléter par un TF-104G supplémentaire et 16 autres F-104G, au titre MDAP soit 21 avions destinés à l’Ejécito del Aire au total.

Les quatre premiers F-104 se posèrent sur le sol espagnol le 5 mars 1965, remplaçant avantageuse-ment les vieux F-86F Sabre utilisés depuis plus de 10 ans (un seul de perdu au cours des 50 000 heures de vol accomplies !). Les sept premiers F-104G étaient les matricules USAF 63-12715, ‘716, ‘717, ’717, ‘718, ‘720 et les TF-104G, les 62-12778 et ‘719. Le mois suivant, l’ALA 6 (Escadre n°6) était débaptisée au profit de Ala 16, l’Escuadron 61 (squadron) devenant le 161 squadron le 1er avril 1967. Cette unité stationnait à Torrejon et portait une tête de chat sauvage en guise d’insigne (en aucun cas en corrélation avec le groupe de rock français !).
Le dernier avion était livré le 19 janvier 1966 (TF-104G s/n 69-09415), acheté directement chez Lockheed quand les autres provenaient du MDAP.
Les personnel affectés disposaient d’une somme d’expérience aéronautique conséquente sur réacteur et les pilotes avaient des carnets de vol affichant au moins 1 000 heures sur F-86.
En novembre 1967, une nouvelle réorganisation entra en vigueur au sein de l’unité, qui changea d’identité pour celle… au hasard, d’Escuadron 104 intégrant également une poignée de T-33.
Les Espagnols ne connurent pas de déboires majeurs avec les Starfighter, rendant la totalité de ceux-ci à l’OTAN le 31 mai 1972 après une utilisation quasiment sans histoire et 20 000 heures de vol (17707, 40 heures exactement) effectuées.

Dessous, le monoplace se présente dans sa livrée standard espagnole, c'est à dire "gris-défense aérienne". Le serial USAF a été porté quelques mois avant d'être effacé au profit du seul serial espagnol. Notez aussi que les Sidewinder sont montés en points internes pendulaires ainsi que la cocarde, positionnée un peu plus haut que la ligne médiane de l'avion. (1966)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le biplace présenté ici est le troisième avion, acheté par la gouvernement espagnol, hors programme MAP. A ce titre, il montre quelques différences par rapport au standard: il n'est pas peint en gris DA, seulement vernis sur métal. La cocarde, grand format, présente un disque rouge central plus petit que la cocarde normale. sous la verrière passager, on trouve les informations administratives américaines standard... l'insigne n'a pas encore été peint. (1966)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tenant compte de la météo plus que favorable dans cette région de l’Europe, il ne faut pas non plus écarter la qualité du personnel navigant et spécialiste et le fait que l’Espagne disposait d’un savoir-faire technologique, non négligeable, d’une industrie aéronautique aux lettres de noblesse incontes-tées. Souvenons-nous que l’Espagne, à l’époque, avait la charge de la révision des avions de combat et de servitude américains (F-101, RF-101, F-100, T-33 etc.).

Un incident avec une fin heureuse, eut lieu entre un F-104 et un C-47 de l’USAF : les deux avions entrèrent en collision, le F-104 perdant un bidon wing-tip dans l’affaire qui se solda par plus de peur que de mal car les deux avions se posèrent sans autre ennui.
Les F-104 participèrent aussi à la sécurisation de la zone de Palomarès où un B-52 armé de bombes atomiques s’était abîmé le 17 janvier 1966 suite à une collision lors d’un ravitaillement en vol dans le secteur. Deux bombes tombèrent près l’Almeria, ville qui devait connaître la notoriété, quelques an-nées plus tard, en devenant le site des « westerns spaghetti » comme on appelait les westerns italiens aux vedettes connues comme Clint Eastwood, sans oublier le compositeur Ennio Moricone et le réali-sateur Sergio Leone. Comme quoi la radioactivité donne des résultats surprenants !

Le 31 mai 1971, l’ordre de bataille changea à nouveau pour les Starfighter… mais uniquement au ni-veau de l’identité de l’unité. En effet, les avions volaient désormais sous la bannière du 12ème Wing, escuadron 122 (12ème escadre, dénomination chère aux cœurs des Ch’tis !) et restèrent ainsi très exactement un an avant de passer le relais aux Phantom…
Les premiers d’une trentaine de F-4C Phantom II commencèrent à remplacer les F-104 dès juillet 1971 sur la base de Torrejon qui accueillait également les F-4C de la 401ème escadre tactique de l’USAFE.

Le 104-11 est, avec le 104-09, le seul avion monoplace peint totalement en gris défense aérienne à la connaissance de l'auteur. L'insigne est à sa place et, en points internes pendulaires, on trouve deux bombes Mk 82 faisant partie de la panoplie air-sol. notez la cocarde peinte assez haut sur l'entrée d'air. (1968)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le TF-104G 104-22 est entièrement peint en gris-défense aérienne, contrairement au 104-21, qui a le cul métal comme le 161-14. Chaque biplace étant peint différemment, c'était aussi une manière de les reconnaître! Notez l'antenne UHF positionnée sur l'arrière de la cabine.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Alloués à la défense aérienne, les avions servirent dans cette mission (l’air-sol figurait comme mission secondaire, ainsi que la reconnaissance à l’aide d’un pod Vinten avec camera K-67A), les Starfighter excellèrent dans leurs missions de Défense aérienne car bien adaptés à celle-ci.
Les F-104G et TF-104G sont officiellement identifiés par l’Ejercito de l Aire dans le système espagnol, désignés « C » et « CE ». « C » pour « Chasse » (Caza), bien sûr. Pour mémoire, ils prennent l’identité de C-8 et CE-8, auparavant attribuée aux Polikarpov I-15 bis.
Les avions monoplaces F-104G « C.8 », sont immatriculés selon la séquence C.8-1 à C.8-18, anciens matricules (serial number) USAF suivants : 63-12715 à12718,12720, 12727, 12730, 12731, 63-13640 à 13644, 63-12732 à 12734, 63-13738, 13739. Les codes 104-01 à 104-18 sont attribués initialement et recodés ensuite 104-11 à 104-28 puis, finalement 161-11 à 161-28.
Le biplaces TF-104G, 3 avions, sont identifiés comme CE.8-21 à CE.8-23, USAF s/n  62-12278, ‘12279 et 65-9415. Ils ont été ensuite ré-identifiés CE.8-1 à CE.8-3. Les codes escadrilles ont mutés simultanément avec les F-104G selon :104-21 à 104-23 puis 104-01 à 104-03 et, finalement 161-01 à 161-03, les codes volant simultanément un temps… histoire de brouiller les pistes !
Au niveau des peintures, les avions volèrent initialement sans, soit métal naturel vernis, ailes blanches dessus et grises DA dessous. Puis, vers le milieu des années soixante, se conformant aux directives du T.O. de l’USAF, les avions reçurent une peinture gris-bleu USAF de Défense Aérienne avec la-quelle, ils terminèrent leur carrière espagnole. Rien de bien compliqué pour les maquettistes donc.

Bref, contrairement à d’autres pays, l’avion laissa un bon souvenir qu’aucune couronne mortuaire ne venait contrarier. Enfin !

JJ Petit, mai 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Les F-104, témoins de notre temps... et des Espagnols
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion'ailes :: La Passion de l'histoire :: Histoire de l'aviation internationale :: Selon JJP-
Sauter vers: