AccueilAccueil   Tutoriaux Tutoriaux  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le F-104, témoin de son temps et des Danois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jean-jacques PETIT
Membre indispensable
Membre indispensable
avatar

Localisation : Saint Pierre du Mont, 40280 Landes

MessageSujet: Le F-104, témoin de son temps et des Danois...   Sam 21 Fév - 22:49

DANEMARK

Poursuivant la saga des F-104 dans l’ordre chronologique des pays, durant la première moitié des années 60, les « non-camouflés »,  j’aborde maintenant le Danemark.

Brève évocation du passé…
Le 1er octobre 1950, l’aviation de l’Armée et celle de la Marine devenaient des services indépendants, se fondant dans la nouvelle arme : la Kongelige Danske Flyvevaëben. Ce nouveau service se fit connaître sous le vocable de Flyvevaëbnet, Royal Danish Air Force pour l’OTAN. Cette nouvelle arme étant majoritairement équipée de matériel britannique, les eskadriller (squadrons) 723 et 726 vont attirer particulièrement notre attention, car futures unités de F-104G.

Ce très petit pays de l’OTAN se trouvait sur le passage aérien et maritime de l’aviation et de la flotte soviétique et, à ce niveau-là, concentrait une attention toute particulière du commandement de l’OTAN. Toutefois, l’époque n’étant pas à la guerre mais à la prévention de celle-ci, l’investissement financier des pays membres de l’OTAN, cotisant déjà au financement de cette organisation, regardaient à deux fois quant à l’achat de matériel militaire, n’en n’ayant officiellement que « peu besoin ». Le Danemark n’avait pas une bourse extensible… mais en raison de sa position géographique, l’OTAN avait surarmé le Danemark au contraire des autres pays membres qui ne disposaient d’unités dédiées qu’au prorata de la population des dits pays.

Le 723 squadron volait initialement sur Meteor F.8 et le 726, sur F-84G depuis 1952, année de sa création, consécutive à l’entrée du pays dans l’OTAN. A cette ’époque, le 723ème se convertissait à la chasse tout-temps et s’équipait du Armstrong Whitworth Meteor NF 11 tandis que toute l’armée de l’air subissait réorganisation et modernisation.

Le 26 juin 1958, le premier de 56 F-86D de chasse tout-temps arrivait au Danemark pour faire passer les 723, 726 et 728 squadrons à la vitesse supérieure. Les deux premières unités poursuivirent alors la montée ne puissance et, dès la fin de l’année 1964, grâce à un financement de l’OTAN pour moitié, le Starfighter s’intégra à la Royal Danish Air Force: 26 monoplaces et quatre biplaces étaient commandés pour équiper l’aviation de défense aérienne et tactique, dont les deux escadrons 723 et 726, opérant à partir de Aalborg au nord du pays. Chacun de ceux-ci devait recevoir 12 avions, plus deux biplaces, tous ceux-ci étant livrés au titre MDAP.

La Royal Danemark Air Force fait peau neuve…
L’année 1962 voyait une réorganisation de la défense aérienne avec les unités de défense sol-air de l’armée de terre passer sous le commandement de la Défense de la RDAF.
Au début mars 1964, trois pilotes danois d’expérience rejoignaient les USA afin d’y suivre un stage F-104, trois autres allaient suivre en mai. Ces six pilotes allaient devenir l’ossature des moniteurs F-104 pour leurs compères des escadrons de F-86D prévus à cette transition sur matériel moderne. A ce stade, le plan d’équipement F-104G prévoyait le 725 squadron comme le premier à transformer cette année et le 723 l’année suivante, en 1965...

Entré en service au 723 squadron le 22 septembre 1965, le R-346 termina sa carrière le 7 octobre 1969 dans un accident. Comme tous les F-104G de la RDAF, l’avion est peint en « gris défense aérienne » et est ici configuré dans cette mission de manière standard pour la RDAF : deux Sidewinder en position ventrale et deux bidons en extrémité de voilure. La mission secondaire est le tactique, avec sa panoplie standard : bombes et roquettes.
Au niveau des marquages, le matricule fait apparaître le « R » qui est la lettre administrative allouée au Starfighter et les trois derniers chiffres du serial, ce dernier étant porté en miniature sous le drapeau de la dérive : 12346.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Dans cette période où le rock-and-roll puis le twist tenaient le haut du pavé, la volonté sociale tendait vers le bien-être et le loisir, comme dans les autres pays occidentaux : les fameuses « trente glorieuses » s’installaient pour quelques années encore. Le programme budgétaire de l’armée allait être revu à la baisse et plusieurs unités disparaître ou les personnel et matériel se réduire. L’escadron d’entraînement était dissout, les unités survivantes recevaient les biplaces libérés ainsi que la mission de transformation. Les Hunter du 724 squadron disparaissaient ainsi avec leurs unités, les F-100 et RF-84F perdaient un squadron, remplacés plus tard par des Draken permettant à la RDAF de rester au niveau exigé par l’OTAN. L’armée de l’Air danoise changeait et les F-104G entrevoyaient théoriquement leurs derniers jours, car la relève était prévue sous la forme d’un « avion de combat futur » qui restait… à définir !

Le 23 novembre 1964, la RDAF recevait ses premiers Starfighter livrés par bâteau: huit monoplaces et deux biplaces étaient réceptionnés à Aalborg. Ces avions, équipés d’un siège éjectable Martin Baker, contrairement aux autres pays, allaient être presque tous alloués au 726 squadron. Le 19 décembre, huit monoplaces et un biplace complétaient le premier lot.
Le 8 janvier 1965, le 726 d’Aalborg, au nord du pays, prenait en compte les R-341, ‘346 et ’755. La dotation était complète la première semaine de mai suivant avec la réception de neuf mono et un biplace, l’escadron étant déclaré opérationnel le 5  juin. Le reliquat était attendu dans les semaines suivantes et les derniers avions devaient officiellement être réceptionnés le 29 juin, le 723 squadron se voyait alors déclaré opérationnel le 15 septembre 1965, son dernier F-86D ayant été reversé au 728 squadron le 6 mai précédent.

Bien que rien ne le distingue des autres F-104 danois, celui-ci appartient bien au 726 squadron qu’il a rejoint le 27 juillet 1965. Il a quitté l’escadron le 22 août 1969 pour une Grande Visite d’où il est ressorti peint en vert-olive, camouflage désormais adopté pour la totalité de la flotte des avions de combat. Le R-647 est montré ici dans une configuration, semble-t’il, peu utilisée mais permettant une force de frappe majeure.
Il est dommage que les F-104 aient inauguré la période « triste » avec l’abandon des couleurs flamboyantes en vigueur jusqu’à leur arrivée. Il faudra attendre quelques mois encore pour que les insignes soient peints sur les avions camouflés, mais de façon irrégulière.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

En octobre 1967, le bureau des finances du parlement donnait le feu vert au ministère de la défense pour négocier l’achat de 26 Draken monoplaces. Ils allaient épauler les F-104G dans les missions tactiques en remplaçant F-84F et F-100D: la RDAF changeait d’époque !

Comme de bien entendu, les Soviétiques venaient tâter la réaction de l’alerte danoise en lançant quelques missions au large du pays : cela permettait aux « rouges » de déterminer en combien de temps ils étaient rassemblés et identifiés comme ce fut le cas de TU-16, Tu-22 et TU-95... Avec le Starfighter cela changeait sensiblement la donne, en comparaison des F-86D et F-100 ! Et la défense danoise, de son côté, analysait les données mais en sens inverse. Les Soviétiques établissaient également des bases équipées d’avions plus modernes comme le Fencer, ces derniers se trouvant à kaliningrad et en RDA (150 kilomètres du pays).

La RDAF se réorganise…
Au printemps 1969, parmi les prévisions émises par le nouveau chef d’état-major de la RDAF Maj Gen J. Brodersen, il était envisagé l’achat d’une douzaine de F-104 de seconde main pour maintenir la dotation OTAN d’avions par escadron. Cette même année, l’EM de la RDAF décidait de peindre tous les avions de combat de la RDAF en vert-olive et les bases se durcissaient. Les enseignements des guerres du Moyen-Orient et du Vietnam n’y étaient pas étrangers. Cette peinture vieillissait curieusement en ajoutant à l’effet de camouflage des avions, ce qui était le but recherché, au final ! Les F-104G perdirent le gris défense aérienne qui était leur uniforme depuis quasiment leur entrée en service, les TF-104G perdirent, eux, leur fini aluminium pour la tenue verte aussi.

Comme tous les pays utilisateurs de F-104 monoplaces, le Danemark a reçu sa part et chacun des deux escadrons en a mis en oeuvre une paire. Ces appareils, à la différence des monoplaces, volaient non peints en gris Défense Aérienne, mais tout simplement métal naturel vernis. En ce qui concerne les marquages, ils sont similaires aux monoplaces. Le serial complet est 12681, cet avion est resté en service au 723 squadron du 6 octobre 1966 au 4 février 1969, date de sa Grande Visite de laquelle il est sorti tout vert. Il est représenté ici en configuration convoyage, comme il était souvent lors des visites aux unités étrangères de l’OTAN.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une réduction drastique du budget militaire pointait son nez dès la publication du budget 1969. Celui-ci entrait en vigueur vers 1973 et la RDAF connut alors une restructuration qui se trouvait dans les tuyaux depuis quelques mois déjà. Si la défense aérienne restait la mission maîtresse de la RDAF, le nombre des avions de combat se trouvait budgétairement limité à 116 appareils de première ligne ventilés en 6 escadrons, servis par 7 100 hommes.
Afin de permettre les réajustements au niveau de la RDAF, 15 CF-104 et sept F-104D étaient achetés auprès des Canadiens en septembre 1971 afin de monter la dotation à 20 avions par escadron. Ces CF-104 et CF-104D étaient donc livrés par le Canada du 17 septembre 1971 à la mi-1972 pendant que la base d’Aalborg connaissait des changements devant permettre un niveau opérationnel adapté à l’époque et aux avions. Si les premiers avion rejoignaient la base assez rapidement, le reliquat passait en chantier de « remise à niveau » afin de se trouver non seulement au standard de la RDAF, mais également bénéficiaient des équipements modernes imposés par l’OTAN : capacité air-air du radar et sa capacité de tir associée, siège éjectable Martin Baker, canon 20 mm Vulcan, roues du train principal plus larges, optique infra-rouge. De son côté, le moteur Orenda J79-GE-7 était modifié en ‘GE-11 par un atelier canadien en RFA. Ils étaient livrés d’avril 1973 à mars 1974. Le premier CF-104D était accepté le 11 novembre 1972, les suivants passant en remise à niveau avant l’entrer en service car certains avions se virent désignés pour des missions ECM et formèrent une escadrille sur la base d’Aalborg. Le 726 squadron reçut son premier CF-104 canadien au mois d’août 1973.

Après un court séjour au 723 squadron, le RT-683 a rejoint le 726 au mois d’avril 1968qu’il a quitté en avril 1969 pour une Grande Visite d’où il est ressorti tout vert, selon les nouvelles normes de la RDAF. Comme les monoplaces, les insignes n’apparaîtront que sur les avions camouflés…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pendant toute la vie opérationnelle du F-104, les Danois, par le biais des concours OTAN divers autant que lors des échanges escadrons, purent peaufiner leur efficacité opérationnelle, jouant sur les bons et mauvais côtés de leur avion. En effet, les combats contre les Draken et F-100 ne donnaient qu’une image peu satisfaisante de la valeur pilote-avion alors qu’avec des avion de la classe Mach 2 comme le BAC Lightning, par exemple, ils purent démontrer que le F-104, s’il ne se sentait pas à l’aise en combat tournoyant en raison de sa faible voilure, l’était plus dans un fort mach… ce qui était tout à fait l’inverse pour les cochers de Lightning ! Chacun essayait alors d’amener l’autre dans son domaine de prédilection… pour n’en faire qu’une bouchée !

Les concours voyaient également la participation des Danois comme l’exercice de reconnaissance « Big Click 74, à Leck (RFA) qui mot en lice la GAF (1er avec 2544 points), puis la RAF (2224 points), la RDAF qui participa avec deux avions dont le biplace « canadien » 12660 (RT-660) du 726 squadron. Il s’agissait de passer sur l’objectif à photographier entre 500 et 1 000 pieds, à 450 nœuds. Le film devait être développé et exploité en 30 minutes.

Puis, le F-16 entrant en scène, le Danemark se défit de ses Starfighter et Taiwan en réceptionna une quinzaine de 1982 à 1987. Toutefois, jusqu’en 1985, les F-104 et Draken conservaient leur mission d’intercepteur de première ligne. Le 723 squadron était dissout le 1er janvier 1983 et le 726ème, le 30 avril 1986.
Les pertes d’avions se sont échelonnées de 1969 à 1975 pour le premier lot, totalisant  quatre monoplaces et un biplace d’un total de 12 avions de la flotte totale. On était très loin derrière la « catastrophe F-100 » !
Fin
JJ Petit, février 2015


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
 
Le F-104, témoin de son temps et des Danois...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion'ailes :: La Passion de l'histoire :: Histoire de l'aviation internationale :: Selon JJP-
Sauter vers: